Personne n’a le droit de couper la parole …ou presque ! (1/5)

Rédigé le 02/11/2022
Typhaine Guezet

Malheur à celui qui coupe la parole. Si je coupe la parole, je serais cet être égocentrique, mal poli, en prise avec son besoin de se faire légitimer, voire d’assoir son pouvoir.

Amusons nous et autorisons nous une petite variation autour de cette expression qui a pris son envol à partir des années 80 au regard de l’histoire des textes publiés.

En matière de relation, l’univers métaphorique est aiguisé. Certains taillent des shorts, d’autres rabattent le caquet et d’autres encore coupent la parole. Si je coupe la parole, je serais notamment cet être égocentrique, mal poli, en prise avec son besoin de se faire légitimer, voire d’asseoir son pouvoir.

Hé bien, figurez-vous que cette sentence ne s’applique pas à tout le monde : en réponse aux courriers plaintifs des auditeurs, Emmanuelle Daviet, médiatrice des antennes de Radio France, légitime ce fait (couper la parole) en le présentant comme une pratique journalistique nécessaire et au service de l’étincelle cognitive[1].

Un journaliste coupe la parole à un invité ? Ce serait pour empêcher l’invité de développer trop longtemps son sujet …ou de l’empêcher de faire diversion, (éviter la langue de bois) ou de rééquilibrer l’échange ; ou bien de donner quelques allures vives à l’échange pour que, je cite « le direct fasse jaillir la vérité, le graal de tout journaliste ».

Mesdames et messieurs les auditeurs, (qui faites peut-être la différence entre impertinence et insolence 😉 ), transformez svp ce regret de voir les invités se faire couper la chique en une réjouissance d’être « véritablement informés ».

Etes-vous satisfaits de cet argumentaire ? Il faudrait que je puisse lire vos courriels mais j’en doute pour une seule raison : couper la parole est un cas d’école en matière de contrainte, l’un des trois invariants qui fissure la qualité d’un échange, que tout à chacun peut percevoir qu’il soit celui qui a la parole coupée ou qui y assiste.

Si cette « pratique journalistique » répond à des réalités bien connues, par exemple l’homme politique qui ne répond pas à la question posée, le journaliste n’aurait-il comme seul recours le fait de le couper dans sa (non) réponse ? Cette « technique » journalistique proclamée comme telle ne serait-elle pas en réalité l’illustration d’une limite d’un savoir-faire ?

[1] Billet en date du 1er juin 2021 : https://mediateur.radiofrance.com/non-classe/interview-pourquoi-interrompre-sans-cesse-les-invites/

L’article Personne n’a le droit de couper la parole …ou presque ! (1/5) est apparu en premier sur Officiel de la Médiation Professionnelle et de la Profession de Médiateur.